Le DIY (Do It Yourself) du vapotage a plusieurs avantages. En effet, en créant son e-liquide, on sera assuré de la « qualité » de la vapeur que l’on produira. Toutefois, pour un liquide de cigarette électronique correspondant à ses attentes, il est primordial de se servir de matériels et d’équipements complets et adaptés : protections, ustensiles et composants.

Les outils

Fabriquer soi-même son e-liquide demande un minimum de préparation. En mettant à disposition tout le matériel nécessaire, il sera plus facile de procéder à la confection du produit.

Aussi, avant de se pencher sur la préparation, toujours commencer par mettre à portée de main :

  • Le matériel
  • des gants
  • des lunettes de protection
  • de l’eau
  • un verre
  • une seringue
  • un récipient pour stocker le mélange

 

  • Les éléments pour fabriquer son propre e-liquide :
  • une base
  • des arômes
  • des additifs

La préparation

Une fois équipé de tous les outils indispensables, il sera possible de commencer à fabriquer soi-même son e-liquide. Pour ce, il suffit de mélanger tous les composants du liquide pour e-cig. Le plus important sera de choisir les bonnes proportions.

Pour avoir une base (et pour commencer), un exemple de mélange :

  • La base ne doit pas faire plus de 90% de la préparation. Il est possible de choisir
  • Une base faite entièrement de propylène glycol pour optimiser l’effet de l’arôme
  • Une base faite entièrement de glycérine végétale pour une fumée proche de la cigarette traditionnelle
  • Une base composée à moitié de propylène glycol,  avec une autre moitié composée de glycérine végétale
  • Une base à 80 % de propylène glycol et à 20 % de glycérine végétale
  • Une base fait maison

Fabriquer son propre e-liquide c’est également décider d’utiliser une base avec ou sans la nicotine (selon ses besoins).

  • L’arôme ne devra pas prendre plus de 20 % du mélange. Il est aussi possible de combiner plusieurs arômes. Pour ne pas mélanger les parfums lors de l’extraction, plonger  la seringue utilisée dans un verre d’eau après chaque passage

 

  • Les additifs à hauteur de 3 % maximum. Très puissant, même s’il ira agrémenter les saveurs de l’e-liquide, ne doit pas être utilisé à tort et à travers.

La période de maturation

Fabriquer soi-même son e-liquide c’est aussi être patient. En effet, pour que tous les éléments prennent et s’assemblent, il est nécessaire de respecter une phase de maturation allant de 2 jours à plusieurs semaines.

Donc, pour pouvoir rapidement profiter de son e-liquide, il est préférable de s’y prendre le plus tôt possible ; tout en veillant à agiter le flacon après avoir terminé les associations.